SECRETS DE FABRICATION

Vous êtes abonné, vous avez toute la collection, quelques numéros, un seul... Voici quelques secrets sur les contraintes qui président à la fabrication de R de réel.

Couverture

[N.B. Vous pouvez vérifier ces contraintes en cliquant sur chaque lettre en haut de la colonne de droite: cela fera apparaître dans cette colonne les couvertures des volumes en question, pour peu qu'ils soient déjà parus.]

- Contrainte absolue: l'image centrale doit représenter, d'une façon ou d'une autre, la lettre du volume.
[Sur le A, la lettre R apparaît également. Sur le D, il s'agit du demi-cercle noir. Pour voir le G, il faut tourner la revue d'environ un quart de tour dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.]
 
- Contrainte absolue: l'image a un rapport avec au moins un thème abordé dans la revue, de préférence avec plusieurs. Elle peut également faire référence à un mot commençant par la lettre en question.
[Sur le A, il s'agit du premier numéro, donc le R du titre apparaît (l'édito est composé à partir de la lettre R).
Le B fait penser à la bande dessinée, thème transversal du numéro.
Le C est conçu en référence au chamanisme (un article) et à la mort (article sur les châtiments).
Le D fait référence au design (un article).
Le E est dessiné par un enfant (numéro spécial littérature pour enfants).
Le F est une femme (édito).
Le G est conçu comme un morceau de carte (article géographie).
Le H est directement inspiré de François d'Estrée (notés comme étant de Rabelais dans la revue) qui composent les quatre images).
Le I fait référence à la notion d'illustration.
Le J est un joker. Il renvoie également au Jeu du Jars (supplément du volume).
Le K est dessiné à la façon d'un caractère japonais (article Kokinshu). Il est un peu... kitsch (un article).
Le L renvoie au labyrinthe, c'est également une variation sur la Joconde à moustache (interview imaginaire de Duchamp).
Le M est une marionnette (un article).C'est aussi un mètre.
Le N (variation à partir d'un pochoir de Hugo) fait référence tout à la fois au noir, à la nuit, au négatif (trois articles de la revue, un record!).
Le O est rond comme un O. De plus, il est troué.
Le P est une photo (numéro spécial photo). L'objet que tient la silhouette pour former le P ressemble à une virgule (ponctuation). Enfin les initiales de l'homme qui est pris en photo sont un palindrome.
Le Q représente un cul (numéro spécial cul). La lettre apparaît sur la peau.]


- Contrainte abandonnée: l'image représente un personnage, qui a une couronne (ou un chapeau) et un stylo, plus ou moins stylisés.
[Cette contrainte a été appliquée du volume A au volume M. Sur le C, le pinceau est  l'ombre en bas et la couronne est représentée par les petits tortillis. Sur le F, le pinceau est caché sous le tissu. Sur le F, le pinceau est caché sous le tissu. Sur le G, les quatre triangles sont la couronne et le cinquième en bas est le pinceau. Sur le I la couronne est un chapeau, et le pinceau est une virgule. Le J est un pinceau en tant que tel. Sur le K,  les deux éléments sont stylisés. Sur le L, ils sont en train de disparaître. Sur le M, il reste le personnage, sans chapeau ni pinceau. À partir du N, la contrainte est totalement abandonnée.]


Les images des quatre parties

[Présentes en page 3, depuis le C en page 2, et, en grand, en ouverture des quatre parties]

- Contrainte absolue: ces quatre images sont liées, soit parce qu'elles déclinent un même motif [la majorité des numéros: A, E, F, du H au O], soit parce qu'il s'agit d'une même image coupée en quatre [du B au D, et le G], soit enfin parce qu'elles fonctionnent selon le même principe [Q].

- Contrainte relative: ces images ont un lien soit avec un ou plusieurs articles du numéro, soit avec un ou plusieurs mots commençant par la lettre du volume en question.
[Le A, aucune contrainte (c'est le défaut d'un premier numéro...).
Le B, image dans un style «bande dessinée» (thème transversal).
Le C, un écorcé pendu (thème sur les châtiments).
Le D, référence dadaïste et jeu sur des mots en D.
Le E, style de dessin pour enfants (numéro spécial).
Le F, quatre femmes.
Le G, une carte de géographie.
Le H, il n'y a pas de contrainte mais les images étaient trop belles pour qu'on ne les utilise pas.
Le I, c'est un ibis qui se décline.
Le J, c'est quatre jars repris du jeu en supplément.
Le K, quatre images de Killoffer qui contiennent, chacune, au moins deux éléments commençant par la lettre K.
Le L, quatre variations sur la lumière.
Le M, quatre machines.
Le N, quatre images sur le «Pays des Nez».
Le O, une orbite? La référence est plutôt autour du rond, thème central du numéro. Mais il y aussi la grande ourse.
Le P, quatre pieds.
Le Q, quatre images confiées à quatre dessinateurs différents, fonctionnant sur le principe d'une découverte, au recto, de ce que l'image cache au verso.]

Les images du dictionnaire.

- Contrainte absolue: les images appartiennent à la même série.
[Une exception, le volume O, dont le dictionnaire est plus long (deux pages de plus que dans les autres numéros). mais la thématique, elle est respectée.]

- Contrainte presque absolue: les images font référence à un ou plusieurs mots de la lettre du volume.
[Les A, B et C ne respectaient pas cette contrainte.
Le D, des dragons.
Le E, des dessins pour enfants.
Le F, une série sur la faim.
Le G, des cartes géographiques, qui rappellent aussi la guerre.
Le H, pas de contrainte (idem que les quatre images), c'est dire que le H ne respecte rien.
Le I, des insectes.
Le J, des jouets (issus du livre Les jouets perdus de Romilio Roil).
Le K, des mots en K (un kamikaze, un kangourou...).
Le L, des engins à liquides.
Le M, des machines.
Le N, des animaux (thème de la partie Critique) aux gros nez.
Le O, des yeux. Des oeils, quoi.
Dans le P, il s'agit de portraits. Contrainte doublée par une autre: prélude au prochain volume, le Q spécial Q.
Le Q, images de Tom de Pékin jouant sur des mots contenant le son "Q".]

 


 


Accueil R